top of page

Ina Ouattara : Edukiya la plateforme pour une meilleure réorientation professionnelle

Dernière mise à jour : 18 avr. 2023

Entretien avec Ina Ouattra à propos de l'orientation scolaire et professionnelle


Qui est Ina Ouattara ?

Après un baccalauréat scientifique obtenu en Côte d’Ivoire, Ina a eu l’opportunité de poursuivre une licence en économie et gestion à l’Université de Strasbourg, en France. Elle continue son cursus au sein de l’école de commerce de Reims, en intégrant le Master grande école puis en optant pour une spécialisation en Ressources Humaines. En parallèle de son premier emploi en tant que Consultante en Ressources Humaines chez KPMG (Paris), elle se forme au Coaching scolaire et professionnel au sein de l’établissement MHD Formation à Paris en 2018. Elle crée ensuite une structure accompagnant les personnes qui souhaitent opérer un changement professionnel (reconversion, changement d’entreprise…). En mai 2020, elle lance Edukiya.com, une plateforme d’informations et d’orientation destinée aux élèves et aux étudiants en Afrique de l’Ouest.

Passionnée par ces questions, elle est aussi l’auteure du livre « Mission Orientation : mon aventure en 10 étapes pour trouver ma voie et réussir mon choix métier-formation », publié en Mai 2022. Retrouvez-la sur www.edukiya.com/missionorientation


Pouvez-vous nous donner plus de détails concernant vos différentes activités d’accompagnement à l’orientation et la reconversion professionnelle ?

Je réalise ces deux activités via les deux plateformes que sont : Edukiya.com qui apporte des conseils en orientation scolaire pour les jeunes, parents et acteurs de l’éducation. Par le biais d’ateliers collectifs dans les lycées, institutions et associations, du livre « Mission Orientation » et de ressources gratuites (vidéos youtube, test, articles….) accessibles en ligne. Carrieretwist.com pour un public en quête de changement ou de reconversion professionnelle. Sur celle-ci, je propose des accompagnements à la définition d’un nouveau cap professionnel, aux techniques de recherche d’emploi (CV, lettre de motivation, préparation d’entretien…).


A quels besoins spécifiques répondent la plateforme Edukiya.com ?

Edukiya.com a été créée pour pallier le manque d’informations claires et d’accompagnement pratique pour trouver le métier dans lequel on s’épanouira, faire un choix d’études pertinent pour y arriver, avoir une bonne visibilité sur l’offre de formation régionale et les réalités de métiers.

Ce processus d’orientation est capital pour notre jeunesse (étudiants et professionnels) car il intervient en prévention de :

• Situations d’échecs scolaires ou dans la vie active

• Perte de confiance en ses capacités

• Perte de temps et d’argent par le jeune et sa famille

• Manque de sens et désintérêt profond pour son travail

Concrètement, être accompagné lors des ateliers et des coachings personnalisés Edukiya permet de mieux se connaitre pour choisir avec pertinence, de comprendre le paysage de l’enseignement supérieur et les clés du monde professionnel. La plateforme est une centrale d’informations permettant aux élèves et aux étudiants de consulter un annuaire de formations en Afrique de l’Ouest, des fiches métiers, des interviews de professionnels, un test d'orientation et des bilans d’orientation personnalisés pour déterminer le métier ou la formation qui leur correspond.


Quels constats avez-vous fait des systèmes éducatifs en Afrique de l’Ouest ? Pourquoi cibler spécifiquement cette zone ?

L'entreprise pallie :

1-Au manque d'informations et de conseils en orientation professionnelle apportés aux élèves et à leurs parents. Ils y sont encore peu sensibilisés et attendent la dernière minute pour se positionner.

Le sujet n’est pas encore considéré comme une priorité. On se concentre davantage sur les connaissances théoriques et l’extérieur plutôt que sur la connaissance de soi et le développement personnel. Alors qu’au final on est son plus proche compagnon pendant toute sa vie.

2-Une méconnaissance des métiers et des formations, une orientation très souvent « arbitraire » en médecine ou en droit ou en école de commerce car l’on dispose de peu de ressources pour apprendre à se connaître, comprendre les forces de sa personnalité pour conserver sa motivation dans les études et pour le futur emploi. Ainsi que des antécédents scolaires pour y accéder. Edukiya les renseigne également sur les filières porteuses qui recrutent en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest.

3-Les nombreuses réorientations et échecs scolaires (perte de temps, d’énergie et d’argent…). L’orientation est « subie » ou définie dans la précipitation. Elle se fait sans vraiment se poser les questions sur ses réelles appétences et le secteur / la fonction dans laquelle on valoriserait le plus ses forces.

4-Le chômage qui résulte parfois de la démotivation ou de choix de filières dites « bouchées ». On en parle beaucoup mais il y a encore une grande déconnexion entre le monde de l’enseignement supérieur et le marché du travail. Cela est du aux offres de formation parfois non pertinentes et l’accès tardif aux stages pratiques.


Quelles sont les recommandations que vous pourriez faire aux différents acteurs ; Etats, établissements scolaires, élèves et étudiants etc. ?

D’abord aux élèves et aux étudiants : Il est important qu’ils prennent en main leur orientation et leur futur professionnel. J’entends encore trop souvent l’expression « j’ai été orienté.e » qui traduit parfois le fait de se laisser porter au gré de ses notes et sans vision claire de son avenir. Dans ce monde de l’information, je les encourage à construire leur projet, à l’enrichir (car bien sûr il évoluera) et à se fixer des caps professionnels.

Ne pas se reposer sur les autres pour choisir ce pour quoi on se réveillera chaque matin est le grand combat que je mène. Il faut savoir se dédier des plages d’introspection et d’activités qui permettent de mieux se connaitre.

En ce qui concerne les institutions et les établissements scolaires, il serait judicieux de dédier des heures à la connaissance de soi dans les programmes. Pendant les ateliers collectifs, je me rends bien compte que les jeunes sont friands de ces initiatives qui leur permettent de mieux naviguer dans leur quotidien… encore faut-il que l’on crée les espaces et le temps pour le faire.


A ce jour, combien de jeunes avez-vous pu accompagner ? Depuis ou vers quels pays ?

Depuis le lancement de l’activité, j’ai pu mener des ateliers collectifs en France, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et toucher un peu plus de 300 jeunes (de 14 à 25 ans).

Plus de 200 exemplaires du livre « mission Orientation » (paru en autoédition fin mai 2022) ont été écoulés à ce jour. Le site Edukiya.com enregistre environ 7000 visites par mois. Et la chaine Youtube compte www.youtube.com/c/Edukiya 2300 abonnés et 77 000 vues à ce jour.


"J’entends susciter des vocations et les contributions sont les bienvenues pour que les générations à venir aient toutes les clés pour s’épanouir dans leur vie professionnelle."


Quelles sont vos perspectives d’évolution ? Quels sont vos challenges ?

Avec Edukiya, l’ambition est de développer un site en ligne complet et de référence au niveau régional grâce auquel l’élève et l’étudiant pourront trouver des clés pour faire le lien entre le lycée, les études supérieures et la vie professionnelle.

Nous avons tous de jeunes enfants, frères, sœurs, neveux, nièces, cousins, cousines… je vous incite donc à partager avec eux au maximum les ressources disponibles sur Edukiya.com et de vous abonner à la chaîne Youtube Edukiya. La mission actuelle est axée autour d’actions de sensibilisation. Avec la plateforme, j’entends susciter des vocations et les contributions sont les bienvenues pour que les générations à venir aient toutes les clés pour s’épanouir dans leur vie professionnelle. Concernant le livre « Mission Orientation », je souhaite le voir intégrer dans les programmes scolaires, les bibliothèques et les activités de vacances scolaires.


Quels conseils -vous aux jeunes afro-optimistes qui nous lisent ?

Aux jeunes afro-optimistes, je souhaite de ne pas craindre ni trop attendre pour se lancer dans un projet qui nous anime. Même si celui-ci nous parait flou au départ, nous développerons de la perspective au fur et à mesure de notre évolution. Notamment lorsqu’on démarre en autofinançant notre initiative. De nouvelles avenues s’ouvrent lorsqu’on décide de faire ce premier pas, celui qui nous semble le plus accessible. Je leur conseille de « bouger » et d’oser exprimer ce qu’ils ont en eux.


89 vues0 commentaire

Comments


bottom of page